Cheick fantamady CAMARA

FILMOGRAPHIE

Cheick
Fantamady Camara est originaire de Conakry, où il fait sa scolarité. En 1997, il suit à Paris une formation à l’écriture de scénario à l’INA et en 1998 à la réalisation cinématographique à l’École nationale supérieure Louis-Lumière. Il travaille ensuite comme assistant réalisateur avec plusieurs
cinéastes africains, il
participe aux tournages de La Genèse de Cheick Oumar Sissoko, de Dakan de Mohammed
Camara et de Macadam Tribu de Zeka Laplaine.

En 2000, il réalise son premier court-métrage Konorofili primé au
Fespaco[2]. Dans les années qui
suivent, il met en scène un moyen métrage, Bé Kunko, qui témoigne de la violence de la société guinéenne confrontée à l’afflux de milliers de réfugiés venus du Libéria et de Sierra Leone.

En 2006, Cheick Fantamady
Camara réalise son premier long métrage, Il va pleuvoir sur Conakry, primé dans une vingtaine de festivals à travers le monde, dont le prix du public au
Fespaco. Ce film illustre les problèmes
politiques, sociaux et religieux qui rongent la Guinée, à travers l’histoire d’un jeune
caricaturiste qui travaille dans un journal d’opposition et des relations avec
son père, imam de la grande mosquée de Conakry[3]. En 2007, Cheick Fantamady Camara
témoigne dans Mambety For Ever, un documentaire sur
le cinéaste sénégalais Djibril Diop Mambéty.

En juillet 2010, il
commence à Dakar (Sénégal) le
tournage de son second long métrage
Morbayassa. Compte tenu de la difficulté pour les cinéastes africains de produire leur
film, Cheick Fantamady Camara sollicite pour la postproduction de ce film la
contribution des internautes coproducteurs par le biais du site touscoprod.com.
Dans ce film, le cinéaste travaille avec les
principaux acteurs de son précédent long métrage, parmi lesquels : Fatoumata Diawara, Alexandre Ogou et Tella
Kpomahou[4].

FILMOGRAPHIE

2000 : Konorofili, court
métrage, 16 min.

2002 : Little John, court métrage, 26
min.

2004 : Bè Kunko, moyen métrage, 48 min[5].

2007 : Il va pleuvoir sur
Conakry, long métrage (fiction), 115 minutes[6].

2014 : Morbayassa, long métrage (fiction), 124 minutes.

Distinctions      

Prix du Jury au Fespaco
2001 pour Konorofili.

Prix du public au Fespaco
2007 pour Il va pleuvoir sur Conakry.